L’étouffement

Nous avons tous entendu parler de ces plantes invasives qui poussent vite et empêchent les plantes locales de se développer. Elles en meurent d’étouffement.

Dans le jardin, c’est pareil, si le jardiner n’agit pas régulièrement, des « mauvaises herbes » vont pousser plus vite que les semences et elle ne pourront grandir et finiront aussi par mourir d’étouffement.


Jésus parle de cette réalité :

Un autre encore a reçu la semence « parmi les ronces ». C’est celui qui écoute la Parole, mais en qui elle ne porte pas de fruit parce qu’elle est étouffée par les soucis de ce monde et par l’attrait trompeur des richesses. (Matthieu 13:22)


C’est une partie d’une parabole, dite la parabole du semeur. Ce verset décrit une réalité que nous ne rencontrons donc pas seulement dans un jardin… mais aussi dans nos vies.



Je crois que l’un des plus grands dangers de la vie chrétienne, c’est l’étouffement. Il y a tellement de préoccupations, de problèmes, tellement de désirs, de rêves ou de soucis. Tant de choses qui réclament notre attention et qui accaparent nos pensées. Quelle place reste-t-il à Dieu à la foi, à la confiance au milieu de tout cela ? Nous connaissons tous ce danger et il est sérieux. Jésus le dit à une autre occasion, d’une manière plus directe encore :


Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront jamais. Prenez garde à vous-mêmes pour que vos esprits ne s’alourdissent pas à force de trop bien manger, de trop boire et de vous tracasser pour les choses de la vie, sinon ce grand jour vous surprendra tout à coup. (Luc 21:33-34 Sem)


C’est un danger sournois qui progresse lentement mais sûrement. La foi est une plante fragile dans nos vies, elle demande soins et attention.


Si l'on considère cent personnes ayant perdu la foi chrétienne, je me demande combien parmi elles le doivent à un argument raisonnable ! La plupart des gens ne partent-ils pas simplement à la dérive ? C.S. Lewis

Alors comment éviter l’étouffement ou la dérive ? C’est comme pour le jardinage, ce n’est pas très agréable à entendre mais la seule recette est à base de sueur et de volonté ! Il s’agit de tailler dans nos priorités, de faire des choix, de persévérer, de décider.


Laisser de la place à notre foi implique de la lui faire dans notre coeur en gérant notre temps, nos priorités, nos choix au quotidien. Si vous lisez ce texte c’est probablement le signe que vous êtes conscients de ce besoin. Mais souvent nous avons l’impression de ne pas avoir le temps. Il y a tellement de choses apparemment plus urgentes qui réclament notre attention.

Oswald Chambers, prédicateur et auteur au ministère aussi court que puissant disait :

Bien sûr que vous n’avez pas le temps ! prenez le temps, dégagez-vous de quelque autre point d’intérêt…


Alors persévérons ensemble, prenons soin de notre foi, tout en aidant ceux qui nous entourent à en faire de même.

C’est notre travail, notre responsabilité. Les auteurs bibliques le rappellent à de nombreuses reprises :

La fin de toutes choses est proche. Menez donc une vie équilibrée et ne vous laissez pas distraire, afin d’être disponibles pour prier. (1 Pierre 4:7 )¶


La foi est ce qu’il y a de plus précieux dans nos vies, ne la laissons pas mourir d’étouffement.


A bientôt,

Gérald


28 vues

Posts récents

Voir tout