RÉFLEXION

DU MERCREDI

21.07.2021 - Série "Les versets DIFFICILES OU surprenants"
Détourne de moi le regard...

Détourne de moi ton regard pour que je puisse respirer avant de partir pour toujours. Psaume 39 :13

 

Un verset bien étrange et bien sombre…. L’auteur demande-t-il réellement à Dieu de se détourner de lui ? Avoir conscience du regard de Dieu posé sur nous est-ce vraiment étouffant ? Notre vie serait-elle réellement plus légère si Dieu détournait son regard de nous ? C’est en tout cas ce que semble dire David dans ce verset.

Peut-être, suivant l’image que nous nous faisons de Dieu, est-ce aussi notre cas ?

Pourtant, si nous lisons le Psaume dans son entier, nous comprenons que ce n’est pas exactement ce qu’il a voulu dire.  Rien qu’au verset précédent il prie en effet : « O Eternel, écoute ma prière, sois attentif à mon cri… » Ce n’est pas la prière de quelqu’un qui voudrait s’éloigner de Dieu ou qui pense que la meilleure solution est de vivre loin de lui !

 

Dans ce Psaume, l’auteur est découragé par ses fautes et par leurs inévitables conséquences dont la brièveté de la vie. Il est abattu par la réalité de la mort et la fragilité de l’existence. C’est un Psaume désespéré et les lueurs d’espoir y sont peu nombreuses. Il ne finit pas sur une note positive, comme la plupart des autres complaintes de David, mais sur cette demande que Dieu détourne ses regards de lui.

 

Sa situation lui rend Dieu distant et il en souffre. Mais il aspire à Sa présence :

Dès lors Seigneur, que puis-je attendre ? Mon espérance est toute en toi, de tous mes péchés, Sauve-moi ! (Ps 39 : 8-9)

C’est cela le vrai cri de son cœur.

"Mon espérance est toute en toi,

de tous mes péchés, Sauve-moi !"

 

 

En réalité, l’auteur sent le poids des péchés, il est accablé par leurs effets dans sa vie. Les péchés ont des conséquences désastreuses dans nos vies, ils font des dégâts. David en souffre et, nous en souffrons, même si nous ne le réalisons pas toujours. Plus nous nous approchons de Dieu, mieux nous le connaissons, plus le péché devient insupportable. C’est presque une situation désespérée.

Alors la seule solution serait effectivement que Dieu détourne le regard… de nos fautes. Sans cela, impossible de tenir devant lui. Ce serait trop étouffant !

 

Ce cri correspond exactement à la réalité de notre situation face à Dieu. Nous sommes dans un tel état, tellement loin de ce qu’il avait sur le cœur lorsqu’il nous a créés, que son seul regard doit nous être insupportable, nous mettre mal à l’aise. C’est d’ailleurs la première réaction d’Adam et Eve après lui avoir désobéi : ils se sont cachés, ils avaient peur de croiser le regard de Dieu.

Une situation effectivement désespérée pour nous, et David l’avait bien compris : nous ne serons jamais plaisants à regarder pour Dieu. Le seul espoir pour nous : que Dieu détourne son regard donc mais pas de nous, de nos fautes.

Oui mais comment ? David ne pouvait pas le savoir, nous oui, quelle chance !

 

Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l’a condamné comme un pêcheur à notre place pour que, dans l’union avec le Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu. 2 Corinthiens 5 :21

Dieu détourne le regard de notre nature de péché pour les fixer sur Jésus. C’est cela notre salut.

 

Or vous, autrefois, vous étiez exclus de la présence de Dieu, vous étiez ses ennemis à cause de vos pensées qui vous amenaient à faire des œuvres mauvaises ; mais maintenant, Dieu vous a réconciliés avec lui par le sacrifice de son Fils qui a livré à la mort son corps humain, pour vous faire paraître saints, irréprochables et sans faute devant lui.  (Colossiens 1:21-22 Sem)

 

Sans Jésus, nous ne pourrions supporter le regard de Dieu… et Lui ne pourrait supporter de nous regarder ! Mais aujourd’hui, réconciliés par la mort de Jésus, nous pouvons paraître devant lui saints, irréprochables et sans faute. Exactement l’opposé de ce que nous sommes en réalité. Ces termes sont forts et nous aident à comprendre la grandeur du cadeau que Jésus nous fait. Nos fautes ne sont plus un obstacle entre Dieu et nous, Jésus les a effacées par sa mort. Le regard de Dieu posé sur nous au travers de Jésus ne suscite plus un poids de culpabilité et de honte mais un élan de gratitude et de joie. Il n’est plus étouffant mais rempli de vie et d’espérance.

 

En réalité nous ne pouvons vivre autrement que sous le regard de Dieu, que nous le voulions ou non.

« Nulle créature n’échappe au regard de Dieu, tout est à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte.» (Hébreux 4:13 Sem)

 

Mais, par contre, nous pouvons choisir de prier avec David toujours :

 

O Eternel, porte sur nous un regard favorable ! Que notre vie en soit illuminée ! Psaume 4 :7)

 

Laissons le regard de Dieu posé sur notre vie éclairer et conduire notre semaine.

 

Gérald

 

Pour cette période de vacances pour beaucoup je vous propose une petite série sur des versets dérangeants ou surprenants… comme une invitation à pendre le temps et de ne pas s’arrêter toujours aux apparences…. Bel été.