J'ai la foi

Ah mince ! Tu l’as attrapée comment ? Ça se soigne ?


C’est vrai on dit souvent j’ai la foi, comme on dirait j’ai la grippe. Pourtant la foi ne s’attrape pas comme une maladie. La foi, on la choisit !


C’est le caractère volontaire de la croyance qui distingue celle-ci de la connaissance

remarque Jean-Claude Guillebaud dans son livre « Comment je suis redevenu Chrétien ».

La foi est un choix. Ce choix peut être le résultat d’une expérience forte, d’une réflexion, d’une révélation ou d’une parole qui nous a touchés, mais il reste une décision que nous avons prise à un moment donné.


On ne choisit pas de croire parce qu’on a tout compris. Autrement ce n’est plus de la foi mais de la connaissance. Nous devons apprendre à décider de croire écrit Joyce Meyer, elle ajoute qu’il est fréquent qu’un chrétien sache dans son cœur mais que son intelligence fasse opposition. En fait choisir la foi, c’est choisir de faire confiance, non pas à des preuves irréfutables, mais à des promesses que Dieu lui-même a faites.



Dans ces conditions, avoir la foi ce n’est pas se raccrocher désespérément à quelque chose qui ne serait pas vrai mais qui nous fait du bien… mais c’est avoir des certitudes au sujet de choses que l’on ne peut pas voir.


Mettre sa foi en Dieu, c’est être sûr de ce que l’on espère, c’est être convaincu de la réalité de ce que l’on ne voit pas. Hébreux 11:1 (BFC)


La bonne nouvelle c’est qu’on ne peut pas perdre la foi comme on perd des clés ou comme on guérit d’un virus…


Ce n’est pas la foi qu’on perd, c’est la volonté de croire qui faiblit Jean-Claude Guillebaud.

Choisir de croire ce n’est pas arriver à un but mais s’engager sur un chemin. Les doutes, les questions, les remises en question même font partie de la réalité de ce chemin.

Douter ne devrait pas être un obstacle bloquant.

C’est encore Jean-Claude Guillebaud qui le précise :

Le doute, y compris le plus radical fait partie intégrante de la croyance et, dans une moindre mesure de la foi. La volonté joue un rôle d’arbitrage ultime.

C’est une remarque très pertinente et finalement très encourageante également. Persévérer dans la foi, c’est aussi s’accrocher au choix que l’on a fait, assumer ce choix en quelque sorte, même lorsque les sentiments ne suivent plus ou que les circonstances nous découragent. Et c’est un choix qui honore Dieu et qui lui plait.

Dans Romains 4 :24 Paul nous dit que « notre foi sera portée à notre crédit ».


La foi est portée à notre crédit parce que la foi demande aussi de la persévérance, c’est un combat. Ce n’est pas une vie facile et euphorique tous les jours ! Il faut s’accrocher, rester ferme dans toutes les circonstances que nous pouvons traverser. C’est donc aussi une question de volonté.


Ainsi, puisque nous avons en Jésus, le Fils de Dieu, un grand prêtre éminent qui a traversé les cieux, demeurons fermement attachés à la foi que nous reconnaissons comme vraie. Hébreux 4 :14

…car celui qui nous a fait les promesses est digne de confiance. Hébreux 10 :24


Amen


Oui, nous disons bienheureux ceux qui ont tenu bon (Jacques 5 :11)

Bonne semaine

Gérald

29 vues

Posts récents

Voir tout